Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

Activation

Trois bénévoles de Sea Shepherd placés en garde à vue hier à Saint-Gilles-Croix-de-Vie

Mercredi 12 Février 2020

Un premier bénévole de Sea Shepherd était convoqué hier à 14h30 à la gendarmerie de Saint-Gilles-Croix-de-Vie pour avoir exposé en centre-ville un cadavre de dauphin tué par un bateau de pêche. Il est venu accompagné d'autres bénévoles qui ont exposé devant la gendarmerie les cadavres de trois dauphins (dont un bébé), retrouvés morts sur la plage le matin même.

Trois des bénévoles ont été placés en garde à vue et ont été relâchés quelques heures plus tard en refusant de signer le rappel à la loi qui leur a été présenté. En effet, il est interdit de transporter des espèces protégées sans autorisation. L'esprit de la loi est la protection de l'espèce en question or Sea Shepherd entend dénoncer par ses actions que les dauphins ne bénéficient en réalité que d'une protection de papier. En effet 11 300 dauphins ont été tués par des navires de pêche en 2019 (contre 3 500 en 2017, année où les scientifiques tiraient déjà la sonnette d'alarme).

11 300 dauphins tués en 2019 et moins d'une dizaine de déclarations de captures. Il serait sans doute moins facile mais plus efficace pour le Procureur des Sables-D'Olonne de poursuivre les centaines de pêcheurs qui tuent des dauphins et ne font pas les déclarations de captures obligatoires, que de s'en prendre aux activistes de Sea Shepherd qui entendent dénoncer la situation.

Les pêcheurs se plaignaient depuis un moment que nos actions de sensibilisation ne soient pas poursuivies, le Parquet des Sables-D'Olonne leur a prêté une oreille attentive, sans toutefois aller jusqu'au Tribunal.

Sea Shepherd entend poursuivre ses actions d'observations en mer et de sensibilisation à terre, quitte à aller au Tribunal s'il le faut, pour plaider la cause des dauphins.

Le nombre de dauphins tués augmente d'année en année et aucune solution sérieuse n'a jusqu'ici été proposée par les Comités des Pêches et le Ministère pour stopper l'hécatombe. Les pêcheurs refusent toujours catégoriquement la mise en place de caméras sur les ponts des navires, comme cela se pratique en Australie, seule façon d'avoir une compréhension globale et impartiale d'une situation où l'opacité profite aux plus destructeurs.

Des caméras vite ! Avant qu'il ne soit trop tard.