Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

Activation

Sea Shepherd attaque l'Etat en justice pour faire interdire l'usage des répulsifs acoustiques (pingers) destinés à chasser les dauphins de leur zone de nourrissage

Jeudi, 13 Août 2020

Crédit photo Pingers : Ifremer
Crédit photo dauphin : Sea ShepherdCrédit photo Pingers : Ifremer
Crédit photo dauphin : Sea Shepherd

Agités comme la solution miracle pour réduire les captures de dauphins, les pingers pourraient en réalité, s'avérer bien plus nuisibles qu'avantageux pour les dauphins.

Les pingers sont "à l'étude" depuis presque 20 ans. Ils sont un moyen pour l'Etat et le lobby de la pêche de retarder la mise en place de mesures sérieuses pour stopper l'hécatombe de dauphins, qui comme le spécifie la communauté scientifique, passe obligatoirement par la diminution de l'effort de pêche.

En effet :

  • Pour ce qui concerne les chalutiers, le chiffre évoqué par l'Etat d'une diminution de 65% des captures porte sur une étude dont le taux d'incertitude est de 95%.
  • La puissance des pingers utilisés pour repousser les dauphins dépasse les seuils au-delà desquels la nuisance sonore est considérée comme du harcèlement d'espèce protégée, ce qui est interdit par la loi.
  • L'idée même derrière l'usage des répulsifs acoustiques est d'exclure les dauphins de leur zone de nourrissage et de leur habitat naturel (pour laisser le champ libre aux bateaux de pêche), ce qui appliqué à l'ensemble des fileyeurs comme c'est envisagé actuellement, constituerait une menace encore plus grande pour la survie des dauphins, que les captures elles-mêmes.

Pour ces principales raisons, Sea Shepherd attaque l'Etat en justice pour faire interdire l'utilisation des pingers. Il est urgent de mettre en place des mesures sérieuses pour enrayer les captures de dauphins, cela ne pourra passer que par l'interdiction des méthodes de pêche non sélectives.

"Nous exigeons de l'Etat qu'il prenne enfin ses responsabilités et suive les directives scientifiques des plans européens les plus ambitieux qui préconisent une réduction drastique de l'effort de pêche et l'installation de caméras à bord des navires pour identifier les pêcheries responsables" déclare Lamya Essemlali, Présidente de Sea Shepherd France.

Face à l'inaction des autorités, nos équipes patrouillent actuellement toutes les nuits sur les zones de pêche. Nous comptons intensifier les fréquences de patrouilles tant que l'Etat ne prendra pas les mesures qui s'imposent.

Soutenez la mission