Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google NotAllowedScriptMaps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

Activation

Dolphin Bycatch 5 - Macabre découverte sur une plage de Jard-sur-mer

Jeudi, 4 février 2021

Macabre découverte sur une plage de Jard-sur-mer

Aujourd’hui, nos équipes ont trouvé ce jeune dauphin sur la plage de Ragounite à Jard-sur-mer.

Les caractéristiques de cette découverte indiquent que sa chair a été prélevée pour être consommée. Chaque année, des dauphins dépecés exactement de la même façon sont retrouvés sur les plages. Plusieurs pêcheurs nous ont avoué avoir consommé du dauphin ou avoir assisté à cette pratique bien plus répandue en France qu’on ne pourrait le penser.

Des témoignages en ce sens nous sont parvenus depuis le Pays Basque jusqu’en Bretagne en passant par les Sables d’Olonne.

Les dauphins sont strictement protégés et la consommation de leur chair est interdite. Mais en mer il n’y a pas de surveillance et pas de témoins. Sur les milliers de dauphins qui meurent chaque année dans les engins de pêche non sélectifs, il est avéré que certains sont consommés par des pêcheurs qui les considèrent comme des poissons.

La question n’est pas de savoir si la pratique existe mais dans quelles proportions.